Jean-Marc Foussat, Jazz, Free Jazz, Musique Improvisée… Page d'accueil du site de Jean-Marc Foussat
Jean-Marc Foussat
pour écrire à Jean-Marc Foussat Fou Records  
contact

fiche
technique

concerts groupes
&
rencontres
tout seul… discographie Fou Records
&
studio PYJAMA

petits travaux graphiques

les diapos
qui tournent
VCS III
&
AKS


....................

… et disponibles sur Bandcamp :

 



 

 



 

 

Il n'est pas encore bien propre
Cet inapaisable hurlement des heures Tout autre chose

 

 

 



 

 
MARSA FOUTY
ailes sans tête
Jean-Marc Foussat - Michael Nick
Avec les pluies
Foussat - Godet - Guérineau
… par les fentes
Noël Akchoté - Jean-Marc Foussat
Signes
G55
Sonance
  5599
Éclats

 

Jean-Marc Foussat

 ... le son est son jardin où il bêche, enregistre, bouture les bandes magnétiques.

 Un jardin où, les mauvaises herbes sont parfois l’objet de tous ses soins, où les ronces sonores fouettent les oreilles de ses compagnons pour les réveiller et les faire aller “ailleurs”.

Dans ses serres mûrissent des centaines d’heures d’enregistrement, la vie de la musique improvisée européenne.

Derrière ses magnétophones alambics, il capte la vie au quotidien et nous la restitue en poèmes sonores.

Délicatesse, violence… sa musicalité, son refus du bavardage ont séduit d’autres fameux alchimistes du son comme Steve Lacy, Fred Frith, Derek Bailey, Robert Wyatt, Joëlle Léandre, Evan Parker...

Entre 1997 et 2001, il participe avec Jacques Oger à l'aventure "Potlatch".


Né Jean-Marc Foussat en 1955 à Oran, c’est tout d'abord avec la guitare, au milieu des années 70 que je crée plusieurs groupes aussi expérimentaux qu'éphémères pour  peu à peu lui préférer le synthétiseur & le papier réglé, prenant autant de plaisir à trafiquer la bande magnétique, en solitaire.

Fin 79, j’ai 24 ans et je travaille en studio, à la suite de quoi, je choisis d'enregistrer la musique improvisée en concert et collabore avec Incus, hat Hut, Po-Torch, Rift, Rec Rec, Celluloïd….

En 81, je termine "Abattage", mon premier disque solo qui sera finalement édité en Mars 83.

Dix ans plus tard, grâce à « Marteau Rouge », je reprends le chemin de la scène et du public avec mon synthétiseur analogique en compagnie de Makoto Sato à la batterie et de Jean-François Pauvros à la guitare électrique.

En 2005 je fais la connaissance de Sylvain Guérineau, saxophoniste, avec qui nait « Aliquid »,  ce qui petit à petit, va m’entrainer à jouer de plus en plus régulièrement  avec de nombreux acteurs des  musiques improvisées…